Composition du lait de jument

Le lait de jument est très proche du lait humain (cf : rubrique "histoire" et "production" de ce site). On note de nombreux points communs entre ces deux mammifères, notamment celui d’être mono-gastrique. En effet, ils ont une digestion et une assimilation relativement similaires, ce qui rend les composants du lait de jument extrêmement intéressants pour l’organisme humain.

  Lait humain Lait de jument Lait de vache
Matière grasse (g/kg)
Dont acides gras polyinsaturés
35
5 - 20
15
8 - 20
38
2 - 4
Matières azotées 21 20 34
Caséines / Protéines (%) 53 48 80
Lactose (g/kg) 69 64 48



Voici quelques indications relatives aux éléments nutritifs que contient le lait de jument :

  • Protéines solubles :
    • Albumines : lactalbulmine, sérum albumine, préalbumine
    • Globulines : B lactoglobuline, immunoglobulines
  • dix-sept acides aminés avec huit essentiels dont les plus importants sont : proline, glutamine, sérine, aspargine, leucine, lysine, lactoferrine.
  • Enzymes : lactate déshydrogénase, malate déshydrogénase, lysozyme, lipase, catalase, phosphatase, peroxydase.
  • Vitamines : A, D, E, C (en grande quantité), B6, B12, B1, B2, B3, B5, acide folique.
  • Minéraux : les 5 principaux représentent 70 % du calcium, potassium, phosphore, sodium, magnésium et notons un excellent rapport phosphocalcique comme dans le lait de femme.
  • Oligo-éléments : fer, zinc, cuivre, manganèse
  • Acides gras (% des lipides totaux) :
    • Acide oléique ; 23.8 %
    • Acide linoléique : 13.1 %
    • Acide alpha-linoléique : 9.5 %
    • Acide arachidonique : 1.8 %.

Pour illustration, voici le commentaire d’un spécialiste :


« L’apport du lait de jument en minéraux, bien qu’inférieur quantitativement à celui du lait de vache, est d’une grande richesse avec de bonnes associations. Par exemple, le calcium est bien valorisé grâce à un apport phosphocalcique de 2 (soit deux parts de calcium pour une de phosphore), comme dans le lait de femme, alors que ce même rapport est de 1.25 pour le lait de vache. De plus, le calcium du lait de jument se présente sous forme directement assimilable. Le lait de jument est très riche en vitamines C naturelle, un puissant anti-oxydant. Il contient un enzyme considéré comme un anti-microbien puissant : le lysozyme.

 

Les acides gras du lait de jument sont des acides gras essentiels que notre organisme est incapable de synthétiser directement. Ils doivent absolument faire partie de notre alimentation : ce sont les acides linoléiques (oméga 3) et alpha-linoléiques (oméga 6). Ce lait contient aussi du lactose mais sous une forme différente, ce qui diminue les intolérances ; de plus, une enzyme, la lactate déshydrogénase en favorise l’assimilation.

 

Les protéines du lait de jument sont composées à peu près à part égale d’albumine et de globuline (B-lactoglobuline et immunoglobuline). La teneur en protéines (20 à 30 %) est favorable aux nourrissons et aux enfants. Comme le lait humain, le lait de jument est pauvre en caséine (13 g de caséines par litres contre 25 g par litre pour la vache). Bref, les protéines du lait de jument sont très digestes. On y trouve aussi un acide aminé, la cystine, qui va aider à désintoxiquer le foie.

 

Le lait de jument est un lait faiblement calorique, peu gras mais avec de bonnes graisses, des oligo-éléments et des vitamines intéressantes, et tout cela en synergie.

 

Autre remarque importante : contrairement au lait de la vache, le lait de la jument s’appauvrit en matières grasses quand elle reçoit des concentrés dans sa ration. Au contraire, plus la jument pâture et reçoit du fourrage frais, meilleur et plus riche sera le lait en oméga 3, un acide gras poly-insaturé. Foin et avoine fournissent 9.3 % du poids des acides totaux, alors que la prairie en fournit 26.2 %. »

 

« Les jument de notre élevage passent 70 % de leur temps dans les larges prairies de l’exploitation. »


PayPal